Le commerce équitable ne concerne plus seulement le café. Il s’applique maintenant à une variété de produits et il est même possible d’acheter de l’or dans le commerce équitable aujourd’hui.

Beaucoup d’or est extrait par les mineurs dans des conditions qui pourraient être appelées défavorables au mieux, voire très dangereuses au pire. En particulier dans certaines régions d’Afrique où le travail est bon marché et les droits humains et la vie humaine ne sont pas très considérés.

Mais maintenant, la Fondation du Commerce Équitable et l’Alliance pour l’Extraction minière Responsable se sont engagées en faveur de l’extraction équitable et du commerce équitable de l’or, qui a tout d’abord été lancé au Royaume-Uni.

Il y a, au dernier décompte, plus de vingt bijoutiers qui participent à la campagne pour une approche équitable pour les mineurs artisanaux à petite échelle.
La bijouterie royale Garrard figure parmi les vingt entreprises à se lancer en premier dans l’or, en l’utilisant dans des collections et des pièces uniques. Chaque pièce porte les marques Fairtrade et Fairmined. D’autres bijoutiers sont inclus dans cette liste, tels Stephen Webster, Jon Dibben et Harriet Kelsall, et aujourd’hui chacun de leurs bijoux ou produits en or est fabriqué à partir d’or Fairmined. Les consommateurs sont désormais en mesure d’acheter de l’or provenant du commerce équitable.
La Coopérative minière Cotapata en Bolivie a été la première organisation Fairtrade et Fairmined à être certifiés par l’auditeur indépendant Flo Cert.

Qu'est-ce que la certification FairMined ?
Fairmined est un label de certification qui atteste de la provenance d’or produit par des mines artisanales et à petite échelle, répondant aux principaux standards mondiaux en matière de pratiques responsables.

Et d’autres organisations ont reçu la certification par la suite. Greg Valérie, fondateur de Cred jewellery, a raconté qu’il était entré dans le mouvement après avoir constaté qu’en tant que bijoutier, il était incapable de dire aux clients d’où provenait l’or de leurs bijoux. Il a dit : « Je pense que c’est une réalité inacceptable. Ce que j’aime dans ce que nous avons fait ici est que nous avons mis notre âme dans l’or. ».
Le joaillier Stephen Webster, directeur créatif de sa marque éponyme et de Garrard a déclaré : « Je suis très très passionné par le fait que les personnes fiancées ou mariées qui entrent dans notre magasin se verront offrir l’option qu’ils peuvent avoir de l’or du commerce équitable ou de l’or classique ».
Le commerce équitable de l’or, initialement lancé au Royaume-Uni, bénéficie également aux communautés minières du Pérou, de la Bolivie et de l’Équateur, en leur offrant 95 % du prix de l’or fixé par la London Bullion Market.
Actuellement, les exploitations minières artisanales et à petite échelle sont à la merci des intermédiaires qui les trompent sur le prix, le poids et la pureté de l’or et le revendent entre 35 % et 85 % du prix fixé par la LBMA, malgré le fait qu’ils représentent 10 % de la production mondiale de l’or et 90 % de la main-d’œuvre d’extraction, laissant de nombreux mineurs vivre avec aussi peu que 1 $ par jour.
Les mineurs sont en mesure de gagner une prime supplémentaire de 5 % du prix de l’or fixé par la LBMA s’ils récupèrent le métal sans utiliser de mercure ou de cyanure.
Cette prime était destinée à étendre le système à d’autres pays dans le but de capturer 5 % du marché des bijoux en or du monde jusqu’en 2015. Un réseau de projets pilotes, lancés en Afrique puis en Asie, permet à davantage de mineurs de se joindre. L’Alliance pour l’Extraction minière Responsable espérait introduire trois à sept nouvelles organisations de producteurs par an, afin que les consommateurs puissent acheter de l’or et des bijoux en or du commerce équitable dans leurs bijouteries locales.